Marie-Hélène Fabra

Le scintillement des abysses

Exposition en duo avec Valérie Drummond, du 15 septembre jusqu’à fin novembre 2022

« Scintillement de l’être, par la fente d’un volet mal fermé
Bruissement de l’être, par le trou d’une mémoire en jachère. »

François CHENG, « Enfin le Royaume », Gallimard

Fabra, c’est de la peinture. De la jouissance de peindre, surtout.

Lumières, couleurs, variété des touches, juxtapositions inattendues, constructions en mille-feuilles, transparences et matités, traits rageurs et harmonies douces, reflets inversés… Elle ose tout, tente tout, mélange tout. De discrètes présences, perdues mais sereines, gardent cet univers chaotique et pourtant si beau.
Très musicales, ses toiles évoquent alternativement la musique dodécaphonique et les harmoniques acidulées d’un Debussy.

Travaillée par les fantômes d’un passé familial dont elle a même fait un livre, de cette famille issue des Carpates et qui garde les stigmates des blessures de l’Histoire; habituée, pour avoir travaillé avec des détenus de l’unité psychiatrique de la prison de Fresnes, à la part sombre que nous portons fatalement, elle n’en oublie pas pour autant la lumière. Ces reflets scintillants du Lac Léman qui ont bercé ses jeunes années, les couleurs qui irradient les paysages de la Côte d’Azur, qu’elle connaît si bien. La lumière, aussi, qui émane des êtres doux ou légendaires qui nous tiennent compagnie.

Comme un enfant, elle regarde ce monde qui germe en elle et son mélange étonnant et mouvant sans juger – elle sourit à la vie, rend compte de sa générosité. Rien n’est simple, mais tout est beau – à condition d’observer en hauteur ou profondément.

Est-ce ainsi qu’elle trouve l’iridescence et l’incandescence de ses couleurs ? En plongeant dans ses abymes, là où, paradoxalement, la lumière est la plus forte ? Sans doute. Ses toiles sont infiniment sophistiquées. Elles évoquent à la fois un vieux traité d’alchimie, un roman à clefs et la diffraction de la lumière dans les facettes d’une pierre précieuse.

Prévue initialement jusqu’au 15 octobre, l’exposition se tiendra jusqu’à fin novembre. Ne manquez pas cette occasion de vous plonger dans le monde vivant de Marie-Hélène Fabra.

Marie-Hélène Fabra est peintre, écrivain et a réalisé plusieurs courts-métrages. Née en 1961 à Genève, elle est diplômée des Beaux-Arts de Paris et de l’Ecole du Louvre. Elle vit et travaille à Paris. Elle expose sans discontinuer depuis, et fait partie de très belles collections privées et publiques : Frac Ile de France, fondation Colas, Collection MacDonald, notamment. Son travail a été montré en France (dont le Palais de Tokyo, en 2016), en Allemagne, en Roumanie et en Argentine.

https://marie-helene-fabra.fr
https://www.instagram.com/mariehelenefabra/

Marie-Hélène Fabra dans son atelier, juin 2022

Publié par Galerie Cécile Dufay

Un lieu intimiste, à deux pas de la Tour Eiffel et du Grand Palais Ephémère. Ouvert en avril 2021 pour mettre en valeur le talent des peintres contemporains, français et internationaux, principalement confirmés. Une respiration dans la ville, pour recréer un lien humain, serein et proche, avec la peinture.

%d blogueurs aiment cette page :